Le roi dagobert



Download 1.2 Mb.
Page1/22
Date24.07.2018
Size1.2 Mb.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22
Roger-René DAGOBERT

LE ROI DAGOBERT



Histoire d’une famille et d’une chanson

Publication du Cercle Général Dagobert




AVANT-PROPOS

Qui n'a pas, plusieurs fois dans sa vie, fredonné les couplets de la chanson du roi Dagobert ?


Qui n'a pas souri aux questions saugrenues du ministre Saint-Eloi et aux réponses encore plus étranges du souverain ?
Sans doute, un tel jeu d'esprit, apparemment enfantin, a t'il eu pour origine un fait historique, une anecdote, transmis par une tradition, mais se rattachaient-ils forcément à la personne de ce roi ?
Rien n'est moins sûr puisque les Grandes Chroniques de Saint-Denis, par exemple, ce recueil des anciens faits relatifs à l'histoire des rois francs ne relatent nullement semblable anecdote à propos de Dagobert Premier, pas plus d'ailleurs que les chroniques de pseudo Frédégaire son contemporain supposé.
C'est naturellement le premier couplet qui donne le ton, l'envers rimant facilement avec Dagobert. Mais pourquoi à propos d'une culotte, vêtement qui n'existait pas en ces temps mérovingiens ?
Des historiens dont le duc de Castres, ont cru voir un rapport entre ces vers et la cause du décès du souverain qui, selon les mêmes chroniques, "mourut d'un flux de ventre", sans doute une dysenterie.
Il est pourtant difficile d'imaginer une telle situation burlesque, comique ou ridicule provoquée par une maladie des plus anciennes, des plus meurtrières pour l'homme de cette époque. Le malade est pâle, amaigri, ses traits sont tirés, ses yeux excavés, son visage exprime l'angoisse et la souffrance. Etendue, il se trouve le plus fréquemment courbé en deux, en "chien de fusil", seule position lui permettant l'atténuation des horribles douleurs qu'il endure jusqu'à la mort survenant après plusieurs jours, voire plusieurs semaines d'agonie …
Les mêmes chroniques nous rapportent par contre que le roi Dagobert eut, au cours de sa brève existence beaucoup de bonté pour ses serviteurs et ceux qui l'entouraient, qu'il fut aimé et respecté jusqu'à sa mort :
Pour sa mort, fut le palais soudainement rempli de plours et de cris et tout le royaume de doulour et de lamentations.
La tradition populaire avait donc gardé longtemps et pieusement le souvenir de la bonté du roi et deux expressions proverbiales la consacrèrent :
Quand le roi Dagobert avoit dîné, il laissoit dîner ses chiens.
Le roi Dagobert en mourant disoit à ses chiens, il n'est si bonne compagnie qui ne se sépare.
La mort de ce souverain inspira donc compassion et regrets à ses contemporains, qui les transmirent par la tradition plus que par l'historiographie officielle, principalement celle des moines de Saint-Denis. En aucun cas, ni cette tradition, ni l'historiographie ne font apparaître le roi Dagobert comme un bouffon mais bien au contraire comme un souverain débonnaire et avisé.
Une autre anecdote, elle aussi parfaitement anachronique, retrouvée dans une "Illustration" du 23 mai 1936, apporte une preuve supplémentaire de cette présence du roi Dagobert dans la tradition populaire.
La voici telle que l'a racontée Paul Emile Cadilhac dans ce numéro consacré à l'Alsace :


  • De la vigne à la table -


Nous descendions de Sainte-Odile par un après-midi attiédi et clair de septembre. Là-haut, toute la plaine à nos pieds, nous avions sympathiquement déjeuné dans la salle à manger de curé des bonnes Sœurs, en emplissant nos verres d'un joli riesling spirituel qu'avait suivi une rosée d'Alsace, liqueur de framboise puissante, douce, parfumée comme les buissons et les bois au temps des fraises.
Mais manger donne soif et boire plus encore. Aussi, guettions-nous de l'œil le plus proche cabaret, la plus accueillante auberge. Ce lieu d'élection se rencontra à Obernai sur une de ces jolies places à la fantasque architecture qui font de la ville une suite d'estampes romantiques. Et comme, tout en devisant avec l'hôte nous nous gargarisions d'un très délectable silvaner, une dispute entre un méchant couche-vêtu et une irascible servante vint nous donner la comédie. Malheureusement, elle se jouait en patois alsacien et seuls, les gestes, la mimique, les éclats de voix nous demeuraient intelligibles. Cependant, le gueux s'éloignait, lançant un dernier trait à la fille.
- Hé ! dit notre hôte en riant, il l'a matée en lui demandant si elle n'avait pas le pistolet sous son traversin !
- Le pistolet ? Nous en demeurions pantois, muets d'étonnement et de curiosité.
Je sais depuis que le pistolet est un souvenir du roi Dagobert à sa bonne ville d'Obernai, du temps qu'il résidait en Alsace ! Reçu par les échevins et trouvant le vin détestable :
- N'en n'avez point de meilleur ? leur demanda t'il.
- Oui-da ! de répondre leur chef, mais celui-là nous le buvons nous-mêmes!
Le prince, débonnaire, ne releva pas le propos. Mais en quittant la cité :
- Tenez dit-il au bourgmestre en lui tendant un pistolet, je vous remercie de votre accueil. Prenez ! Mais si vous rencontrez un homme plus mal embouché que vous je vous prie de le lui remettre !

L'histoire est admirable, à ceci près toutefois qu'il n'y avait point de pistolets à cette époque lointaine, la poudre n'ayant été introduite en Europe qu'au quatorzième siècle. Toutefois, voilà qui prouve de façon péremptoire qu'il y avait des vignes en Alsace au temps du roi Dagobert.


D'ailleurs, les fils de Mérovée avaient fait de l'Alsace un jardin franc, paré de pampres et aussi riche en celliers qu'en églises : la vigne pousse volontiers à l'ombre des abbayes et de 650 à 900, on relève dans les cartulaires pas moins de 119 noms de villages de vignerons …
De nos jours, cette petite histoire de même que la publicité d'une cave vinicole de Traenheim et environs sur "les vins du Roi Dagobert" prouvent bien que le souvenir des Mérovingiens reste vivace en Alsace, l'une des plus belles provinces du royaume de Dagobert qui régna seul sur l'ensemble du "Regnum francorum".
Pourtant, onze siècles après la mort du roi Dagobert cette chanson singulière a volontairement donné une valeur dépréciative au qualificatif de "bon", un peu à la manière de la fable lorsque le renard appelle le corbeau "mon bon monsieur" après l'avoir dépouillé de son fromage par des flatteries outrancières.
Ainsi, par le truchement de cette chanson, ce roi Dagobert apparaît comme un affligeant benêt dans la mémoire collective des Français, lesquels le fait est incontestable hélas, n'ont pour la plupart qu'une vague connaissance de l'histoire de notre pays ce qui leur permet de croire à n'importe quelle baliverne aussi anachronique soit elle : la culotte et le pistolet du roi Dagobert nous en apportent la preuve …
Il n'est donc pas étonnant, dans ces conditions, que même un homme politique compare l'un de ses adversaires au "roi Dagobert" lorsqu'il estime que celui-ci a changé d'avis. Tel Jean-Marie Le Pen qui compara Raymond Barre au roi Dagobert après que l'ancien Premier Ministre eut approuvé les grandes orientations de François Mitterrand après sa réélection à la Présidence de la République en 1988.
Donc dans ce cas précis, Raymond Barre qui "s'efforce de porter sa culotte à l'envers", cela revient dans l'esprit de Jean-Marie Le Pen, à tourner sa veste, changer d'avis sans avoir la certitude d'en être remercié ni même compris !
De cette affaire dont les médias s'étaient emparés avec le vilain jeu de mots de Jean-Marie Le Pen sur "Durafour crématoire" on peut affirmer que cette chanson du Roi Dagobert, réputée enfantine, ne mérite pas cette gentille appellation.
Comme l'écrivait un historien normand, Auguste Matinée, dans un bulletin de la Société Archéologique de la Manche en 1890, c'est bien "une chanson méchante qui n'est aussi qu'une méchante chanson".
D'ailleurs, c'est bien aussi ce que le Grand Larousse Encyclopédique nous apprend à son sujet :

Chanson burlesque, composée à une époque qui reste imprécise : le style, le rythme, l'air de chasse sur lequel elle se chante, tout tendrait à prouver qu'elle n'est pas aussi ancienne qu'on pourrait le croire. Il est certain, cependant, qu'elle est antérieure à la Révolution de 1789.
En 1814, elle devient tout à coup à la mode. On y intercala des couplets satiriques d'actualité. Interdite par la police, elle reprit de plus belle au retour des Bourbons.
Pourtant, si de nombreux ouvrages ont été écrits sur le roi Dagobert, sur les Mérovingiens et plus généralement sur les Francs, curieusement cette chanson est restée une énigme sans importance pour les historiens et, à partir de Louis-Philippe, vers 1840, elle est devenue une ronde enfantine sans queue ni tête, sans rime ni raison …
Même Laurent Theis, pourtant brillant historien, reconnaît son ignorance en la matière dans un livre paru aux Editions Fayard en 1982 :
- Pour Dagobert, écrit-il, on invoquera la chanson. Sans doute est-elle bien le truchement par lequel Dagobert nous est aujourd'hui présent, mais pourquoi lui et pas son père Clotaire, ou son fils Sigebert ? Car rien ou presque, dans cette chanson composée au XVIIIe siècle ne réfère à l'histoire. (ce qui est inexact). Et pourquoi chante-t-on encore Dagobert et ne chanterait-on plus Mazarin qui inspira jadis en bien plus grand nombre couplets et refrains ? Qui se souvient de la moindre mazarinade ? (si l'on ne se souvient plus de Mazarin, Mazarine, la fille de François Mitterrand est là pour nous rappeler les mazarinades de son père !!). Mazarin appartient à tout jamais au XVIIe siècle comme Henri IV, lui aussi chansonné et confiné dans son temps. Dagobert est intemporel. Il est là..
Et s'il est toujours là, le "bon roi" de la chanson, c'est tout simplement parce qu'une famille française, et une seule, a voulu perpétuer son souvenir, plus précisément le souvenir de la dynastie des Mérovingiens en prenant comme patronyme le nom de baptême, nom symbole du plus connu des rois de la première race, le plus célèbre aussi : DAGOBERT PREMIER.
Mais si cette famille a volontairement voulu conserver le souvenir du roi Dagobert dans l'espoir hypothétique du retour des Mérovingiens, elle a, à plusieurs reprises au cours des siècles qui suivirent l'avènement des Carolingiens, provoqué des phénomènes de rejet de la part des tenants du pouvoir qu'il soit royal ou religieux et même militaire ou civil.
Ce rejet s'est manifesté plus particulièrement au cours des Guerres de Religions, au XVIe siècle, à la suite d'un curieux concours de circonstances. Le nom de cette famille, de petite noblesse, fut considéré comme subversif, suspect, voire inquiétant aussi bien par le Valois que par les Guises et les Bourbons. Il importait donc de neutraliser les ambitions supposées de ces hobereaux normands, les réduire à néant comme avait été fait néant leur ancêtre Childéric III dont ils prétendaient descendre par Thierry, son fils, enfermé au monastère de Fontenelle.
C'est bien le premier couplet de la chanson du roi Dagobert, créé pour la circonstance qui servit d'instrument principal de répression, sans effusion de sang, ni même arrestation : le ridicule tuait plus sûrement que l'arquebuse ou la hache du bourreau !
Dès lors, en venant à bout aussi facilement des ambitions politiques d'un gentilhomme campagnard, la chanson du roi Dagobert a pris le pas sur la vérité historique et même sur la légende des rois fainéants et, parce que c'était un nom symbole, Dagobert, "le seul souverain dont on puisse prononcer le nom avec honneur" selon le duc de Castries, est resté à tout jamais dans la mémoire collective avec une réputation de roi bouffon.
Après la mort de Dagobert, ajoute le duc de Castries, les Mérovingiens retournèrent au chaos.
Nous verrons que le chaos est venu bien après la mort de Dagobert et que les véritables responsables de cette anarchie, de cet obscurantisme qui fit du Moyen-Age une époque difficile à vivre, les véritables responsables furent les Carolingiens et l'Eglise catholique romaine.
Quant à prononcer le nom de Dagobert avec honneur, les chroniqueurs carolingiens et leurs successeurs ne s'y sont guère employés.
Voici ce qu'écrivait au XVIIe siècle, dans l'Histoire de Bretagne, Dom Gui Alexandre Loberneau à propos du roi Dagobert :
La (mauvaise) réputation du roi Dagobert était telle que son contemporain Judicaël, roi de Bretagne, refusa une invitation à dîner de Dagobert, bien qu'il fit préparer un magnifique repas, fort content de la satisfaction que Judicaël lui avait faite, aussi bien par les présents qu'il avoit reçu. Le prince breton savoit, et la conduite déréglée de Dagobert et ce que Saint-Paul a dit : Si quelqu'un est reconnu fornicateur, on ne doit même pas manger avec lui.
Un autre chroniqueur avait écrit aussi, bien après la mort du malheureux prince, qui décidément n'en finissait pas de hanter les esprits :
Adonné outre mesure à la débauche, il avoit comme Salomon (référence au célèbre roi d'Israël) trois reines et une multitude de concubines. Ses reines étaient Nanthilde, Vulfégonde et Berchilde. Je m'ennuierais, poursuit le moine-copiste, d'insérer dans ce récit les noms de ses concubines tant elles étaient en grand nombre. Son cœur devint corrompu et sa pensée s'éloigna de Dieu ; cependant par la suite, et plut à Dieu qu'il eût pu mériter par là les récompenses éternelles, il distribua des aumônes aux pauvres avec une grande largesse, et, s'il n'eût pas détruit le mérite de ses œuvres par son excessive cupidité, il aurait mérité le royaume des cieux.
Tartuffe ne se serait pas mieux exprimé et cette tirade rappelle une réplique de Pierre Brasseur à Jean Gabin dans le film "Les Grandes Familles", les deux acteurs étant des cousins rivaux en affaires : "lorsque tu reçois des amis à dîner, disait le premier, tu appelles cela une soirée ; lorsque je lance une semblable invitation, tu dis que c'est une partouze !"
Il en est de même pour la grande famille des Mérovingiens au regard de l'Histoire par rapport aux grandes familles qui se succédèrent sur le trône de France.
On parlera de la barbarie, du chaos, de la débauche des rois de la première race, mais de la renaissance carolingienne et des rois qui ont fait la France pour les Capétiens qu'ils soient directs, Valois ou Bourbons. Et pourtant ! Que de crimes peuvent leur être attribués pour le plus grand malheur du peuple français ! Et puis, c'est oublier que ceux qui ont vraiment fait la France en lui donnant le nom de leur peuple, les Francs, ce sont bel et bien les Mérovingiens dont aucun n'a démérité devant le Tribunal de l'Histoire.

D'ailleurs, Eginhard lui-même, biographe officiel de Charlemagne avait eu conscience de l'illégitimité du descendant de Pépin le Bref qui avait usurpé le trône puisqu'il se crut obligé de justifier ce coup d'état dans un texte demeuré célèbre :


La race mérovingienne, depuis longtemps, n'avait plus ni vigueur, ni autorité, rien d'autre que le vain titre de roi. Les ressources du royaume et tout le pouvoir étaient entre les mains des préfets du palais. Il ne restait au roi que le vain simulacre du pouvoir. Pourvu d'une chevelure abondante, la barbe longue, il prenait place sur le trône et figurait le souverain. Il écoutait les ambassadeurs venus de toutes parts, leur faisait les réponses qu'on lui avaient dictées. Outre l'inutile dénomination de roi et l'argent que le préfet du palais lui remettait selon son bon plaisir ; il ne possédait en propre qu'une seule villa, et encore d'un faible revenu : il y vivait avec ses domestiques peu nombreux qui lui rendaient les services nécessaires. Quand il lui fallait se déplacer, il montait dans un char tiré par des bœufs et conduit par un bouvier, à la manière paysanne.
Ainsi se rendait-il au palais et à l'assemblée du pays qui était convoquée chaque année pour les affaires du royaume ; ainsi regagnait-il sa demeure. Mais toute l'administration du royaume, toutes les affaires, tant intérieures qu'extérieures étaient gérées par le préfet du palais.
C'est à la suite de ce récit qu'a pris naissance la légende des "rois fainéants", rois inutiles qu'il fallait donc faire disparaître alors que ce système de monarchie n'était autre qu'une royauté constitutionnelle telle qu'elle subsiste de nos jours dans de nombreux pays tout à fait démocratiques comme la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne et bien d'autres.
Alors, rois fainéants ou rois faits néant ?
La question est posée et rappelle cette vieille légende du roi perdu chassé par les usurpateurs, cru mort, anéanti, mais qui revient et que l'on reconnaît à certains signes.
Ce mythe est vieux comme le monde et plonge ses racines dans la psychologie des premières sociétés humaines. Par exemple et pour n'en citer qu'une, puisque le roi Dagobert fut comparé à Salomon, auquel selon une légende hébraïque, le démon Asmodée avait dérobé l’anneau magique et prit son apparence pour le remplacer sur le trône.
Salomon qui régnait jusqu'alors sur les mondes "d'en haut" et "d'en bas" vit son royaume se réduire comme une peau de chagrin : il ne régna plus que sur la terre, puis sur Israël, puis il n'eut que son lit et son sceptre pour ne conserver finalement que ce dernier. Alors, il fut réduit à mendier de maison en maison proclamant vainement qu'il était le roi.
Mais Asmodée perdit l'anneau magique qui tomba dans la mer et fut avalé par un poisson. Le poisson fut pêché, Salomon l'acheta pour se nourrir. Alors, il retrouva l'anneau et se fit enfin reconnaître  : ainsi le roi perdu devint le roi revenant.
Ce que l'on peut retenir de cette légende, c'est que ce n'est pas le peuple qui fait le roi malgré les apparences mais autre chose et c'est grâce à certains signes que celui-ci est reconnu et acclamé par le peuple. Alors, en tant que mortel devenu personne publique le roi peut être réduit à rien, être fait néant, par la ruse ou par la force. Pourtant, il n'en reste pas moins le roi car il est d'une lignée prédestinée par l'Etre Suprême, le Grand Architecte de l'Univers, c'est-à-dire Dieu lui-même  : par exemple, François Mitterrand machiavélique président de la Vème République initié aux « mystères de Rennes le Château » par ses amis francs-maçons pendant sa captivité en Thuringe.
En ce sens, la vieille légende de la quête du Graal, ce vase qui contient le Saint-Sang n'est pas autre chose que la recherche initiatique du roi perdu.
Or, la dynastie mérovingienne par ses origines mystérieuses, les légendes qui entourent les premiers rois francs tels Pharamond, Clodion le Chevelu, Mérovée, Childéric Ier et même Clovis, cette dynastie apparaît comme une résurgence de ce vieux mythe du roi perdu, roi revenant qui annonce le retour de l'Age d'Or, celui de la Connaissance.
De même, l'étrange disparition de cette dynastie, accompagnée par des rites aussi anciens que le meurtre rituel ou la tonsure, plongea le peuple dans l'anxiété ancestrale de toutes les sociétés humaines qui craignent le retour de la guerre, de l'anarchie, du chaos, présages de l'Apocalypse qui se traduisit par la terreur de l'An Mil.
On comprend mieux alors pourquoi les Carolingiens voulurent dès le début de leur règne légitimer l'usurpation du pouvoir par une consécration divine, sorte de cérémonie initiatique imaginée pour la circonstance par l'Evêque de Rome qui ambitionnait de devenir le chef spirituel de l'Occident et comptait pour cela sur la puissance séculière de la Francie avec l'appui de la nouvelle dynastie.
Aussi, pour les deux parties, le nouveau roi et le pape, il s'agissait par la vertu du sacre au moyen de la Sainte Ampoule de conjurer le retour du roi perdu devenu par un jeu de mots très subtil le roi fainéant dépourvu de son caractère sacré parce qu'inutile.
Cependant, malgré ces précautions, ces cérémonies rituelles de la tonsure, de la relégation puis du sacre, le peuple n'avait pas oublié plus de trois siècles de civilisation chrétienne prodiguée par les évêques et les moines initiés aux mystères du Graal par les rois mérovingiens, ce Graal qui était le continuateur de la religion pré-chrétienne par le chaudron du Dagda et la Coupe de Souveraineté de même qu'il représentait substantivement le Christ mort pour les hommes, le vase de la Sainte Cène et le Calice contenant le Sang du Sauveur.
Le Graal symbolisa donc par excellence la plénitude intérieure que les hommes ont toujours cherchée. Mais, cette quête exige des conditions de vie rarement réunies : les activités extérieures empêchant la contemplation nécessaire et détournant la vision car on est plus attentif aux conditions matérielles de la recherche qu'à ses conditions spirituelles.
La perfection humaine et à plus forte raison la perfection d'une société se conquiert non pas à "coups de lance" comme un trésor matériel, ce qu'avaient fait les Carolingiens en s'emparant du pouvoir par la force et la ruse mais par une transformation radicale de l'esprit et du cœur.
Ce ne pouvait donc être qu'au sein d'une communauté spirituelle que le dernier Mérovingien allait avoir la possibilité de garder et de transmettre la Connaissance dont il se trouvait désormais seul dépositaire après l'usurpation de Pépin le Bref.
Dans les derniers mois de l'année 751, avant que ses yeux ne fussent clos à la lumière, vint à Fontenelle pour y recevoir l'habit un jeune homme devant qui les religieux s'inclinaient très bas : c'était Thierry, l'héritier de Childéric III, le dernier Mérovingien qui ait porté le diadème et que Pépin le Bref, vainqueur envoyait finir ses jours dans le cloître. De toutes les amertumes qu'avaient goûtées Wandon depuis la fatale journée de Vincy, celle-ci, quoique prévue depuis longtemps, fut peut être la plus douloureuse, le vieillard reçut l'adolescent et lui fit entendre les paroles de paix, d'oubli et de soumission à la volonté de Dieu qui règle à son gré les destinées des hommes …
Austrulf, qui dirigeait depuis longtemps le temporel prit alors, sur la demande des religieux, le gouvernement général du monastère. Favori de Pépin, il débuta brillamment en obtenant de lui un diplôme qui accordait à Fontenelle les droits régaliens sur ses tenanciers. Il semble avoir travaillé à augmenter les possessions de la maison en Cotentin, où Lestre, Brix, Saint-Sauveur de Pierrepont, Belleville, Perriers, Vesly ont conservé la mémoire de Saint-Wandrille (Vie des abbés de Fontenelle, Saint Wandon et Austrulf par Dom Jean Laporte dans la revue n° 9 de l'Abbaye, Noël 1959).
De tous les rois mérovingiens qui s'étaient succédés sur le trône du "Regnum Francorum" depuis Pharamond, trois souverains et plusieurs princes avaient porté un nom chargé plus que d'autres d'ésotérisme : "Dagobert" : nom germanique ancien signifiant "Jour-Brillant" ou "Bonheur du Jour", métaphores chères aux peuples nordiques que l'on retrouve sous diverses formes avec le même radical "Dag" ou "Jour" dans la mythologie scandinave et germanique.
Or, ces langues anciennes, scandinaves et germaniques proviennent du sanskrit, idiome ancien et sacré dont les linguistes s'accordent généralement à penser qu'à une époque intermédiaire (Vème millénaire avant notre ère ?) elle était celle d'un groupe de peuples nomades vivant de l'élevage et d'une agriculture frustre, occupant la plaine herbeuse qui s'étend de la Baltique à la Caspienne.
Ces peuples appelés les Aryens parlaient divers dialectes se rapportant une même source que les savants français et anglais du XIXe siècle appelèrent langue "indo-européenne", les Allemands préférant le terme "indo-germanique" ou même "aryen", d'où le nordique et le germanique ancien tireront leur origine.
Dans la mythologie scandinave, par exemple, le jour est personnifié par le dieu Dag, fils de Delling et de Nott : son char est traîné par un cheval à la brillante crinière.
La mythologie des anciens slaves de l'Est nous parle du dieu du jour et du soleil, Dagbog ; dans la mythologie irlandaise Dagda est le maître du temps chronologique et atmosphérique, le dieu-druide, gardien du chaudron d'abondance que personne ne quitte sans être rassasié. L'autre chaudron est le chaudron de résurrection dans lequel on jette les morts afin qu'ils ressuscitent le lendemain. Enfin, le troisième chaudron est sacrificiel : le roi déchu s'y noie dans le vin ou la bière en même temps qu'on incendie son palais lors de la fête de Samain de son règne. On a donc affaire à trois variantes du même talisman divin, ancêtre et prototype du Saint-Graal. Le chaudron d'abondance de Dagda, le dieu efficace "Seigneur de la Science", contient non seulement la nourriture matérielle de tous les hommes de la Terre, mais les connaissances de tous ordres.
La plupart de ces chaudrons mythiques et magiques des traditions celtiques dont le rôle est analogue dans les mythologies indo-européennes ont été retrouvés au fond des océans et des lacs. Les chaudrons, les marmites, les calices sont les récipients de cette force magique symbolisée par une liqueur divine qui confère l'immortalité ou la jeunesse éternelle et transforme celui qui la possède ou s'y plonge en héros ou en dieu : c'est la fameuse potion magique d'Astérix, le chef gaulois de notre moderne bande dessinée.
Il n'est donc pas surprenant que Dagobert soit devenu le nom donné le plus fréquemment aux rois mérovingiens et il est aussi à noter que les trois souverains qui ont porté ce nom ont laissé plus de souvenirs dans l'Histoire que les autres y compris Clovis dont la vie privée est fort peu connue par les textes, hormis certains traits de caractère révélés par la relation des anecdotes aussi célèbres que celles du vase de Soissons ou de son baptême à Reims.
A ce titre, la colère de Clovis provoquée par le bris du fameux vase, montre bien le côté sacré d'un récipient, talisman de la religion pré-chrétienne dont hérita le Graal dans les romans de chevalerie.
Albert Dauzat, auteur du dictionnaire étymologique des noms et prénoms de France précise que Dagobert est un patronyme rare qui fut donné "en souvenir du roi mérovingien".
Or, l'histoire des relations sociales et des croyances religieuses qui façonnent toute civilisation, toute culture (et la chanson du roi Dagobert en fait partie), cette histoire reste par excellence généalogique. Pourtant, l'étude de la genèse et de la mobilité des familles a constitué jusqu'à une époque récente le sujet le moins exploré de l'histoire médiévale.
En fait, les chroniqueurs puis les historiens attachés aux événements plus qu'aux hommes ont bel et bien manqué la découverte de l'individu dans le silence des archives qu'ils n'ont pas su ou pas voulu interroger pas plus qu'ils n'ont su interpréter cette littérature chevaleresque qui était d'une certaine manière la continuité des mythologies et de la Bible.
Or, cette société du Haut Moyen Age, celle des Mérovingiens que l'on a injustement qualifié d'obscure et de barbare était profondément humaniste et avait prolongé l'Antiquité y compris l'ère post-historique des civilisations Indo-Européennes beaucoup plus qu'on ne l'imagine car de nombreux indices révèlent l'existence d'une classe d'initiés, de monétaires privilégiés, de lignées donnant des druides puis des évêques et des administrateurs prédestinés à la carrière.
Tout cela laisse deviner une solidarité généalogique jouant un rôle essentiel dans la répartition des tâches donc du pouvoir et ces deux notions se recouvrent ; celle de l'exercice de ce pouvoir pour le bien commun avec le réseau dynastique, c'est-à-dire familial.
Donc, par un prénom, l'individu s'identifiera davantage que par le distinctif qu'il y rajoutera, ce dernier pouvant d'ailleurs changer au gré des honneurs ou des tenures alors que le prénom reste typique à la dynastie, au clan, à la famille enfin.
C'est toute l'histoire de la famille Dagobert, depuis la disparition des Mérovingiens au cours des siècles qui suivirent : celui des Croisades, de la Renaissance et de l'Humanisme avec la Réforme, celui du Roi-Soleil, puis les Lumières au XVIIIe, suivie de la Révolution française qui a laissé au monde entier cette notion des Droits de l'Homme avec la Liberté : des droits mais aussi des devoirs …
Jamais, sans doute, l'histoire d'une obscure famille française n'aurait pu être retrouvée si la chanson du roi Dagobert n'avait connu depuis la Révolution et tout au long des deux siècles qui ont suivis un tel succès populaire.
Elle a inspiré des livres, des pièces de théâtre, des films, des personnages et des disques avec de nouvelles versions, par exemple celle de Charles Trenet !
Mais, jamais non plus, elle n'aurait pu être écrite sans l'obligeance de la descendance directe du général Dagobert mort en 1794 en combattant pour défendre la jeune République française contre les Bourbons d'Espagne et les Emigrés.
Que celle-ci soit donc remerciée pour avoir consigné par écrit les "Notes et histoire de la Famille Dagobert" et de me les avoir communiquées. Elles m'ont été précieuses pour faire les recherches qui m'ont permis d'écrire l'étonnante histoire qui va suivre, celle de mes ancêtres mérovingiens, mythologiques et … bibliques !

Nantes 26 avril 1986 - 14 novembre 1988




Share with your friends:
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22


The database is protected by copyright ©dentisty.org 2019
send message

    Main page